top of page
Rechercher

Ya t il un serrurier dans la bande

Tour de l’Aubrac

Au-delà de l’épopée « sportive » et « collective » quel magnifique rando organisée par les valeureux Roger et Marie-Hélène, assistés de Marc. Un parcours en parfaite harmonie avec la nature, au milieu de nulle part, alliant à la fois découverte de la diversité des paysages et rencontres avec les habitants de ces immenses étendues sauvages…




Certes, le temps n’était pas des plus clément mais qu’importe, les valeureux Tacmaloux, qui n’étaient pas moins de 10, sont partis « hardi petit » pour vivre l’aventure avec un grand A.

L’histoire commence le lundi 26 septembre, date du rdv pour se véhiculer de la Tour au point de départ qui est fixé à Aumont Aubrac. La joyeuse troupe est constituée de 9 gaillards, plutôt bruts de décoffrage pour certains, précieux pour d’autres et grincheux pour les suivants. Heureusement l’élément modérateur et régulateur s’incarne par la belle personne qu’est Marie-Hélène, toujours d’humeur égale malgré les diverses facéties exprimées par la gente masculine… mis à part son fidèle chevalier servant : Roger.

A part les 2 précités, la valeureuse troupe était constituée de Claude, Christian, Dominique (le GO), Jacky, Joël, Marc, Pierre et Patrick

L’excitation bat son plein en ce lundi après-midi, les vélos sont chargés sur 2 remorques et les voitures bourrées de sacs, dont la taille de certains laisse à penser que leur propriétaire n’a pas bien compris dans quoi il s’engage. Le principe étant de n’emmener que l’essentiel et non le superflu… Sans oublier que pour agrémenter ce périple et rendre la vie plus facile aux rouleurs, le valeureux Dominique, pas encore totalement remis de sa spectaculaire cabriole, s’est généreusement proposé de jouer les accompagnateurs avec la voiture suiveuse. Ainsi dans les coffres il faut aussi ajouter la glacière avec le jambon, les saucissons et la boisson, ainsi qu’un panier avec des pommes pour les 4 jours, des pâtes, de la sauce bolognaise, des pommes de terres, etc… et tout le nécessaire du parfait intendant.

Ce n’est plus une rando en mode baroudeur qui s’annonce mais plutôt un voyage d’agrément à la mode « club med » !...

Le vrai décollage en mode VTT se fait à 9h30 le 27 septembre.


Le tracé est très agréable, adapté au panel de vélocité des différents pilotes. D’ailleurs tout au long de ces 4 jours il nous offrira une grande diversité de lieux, une variété de chemins, allant parfois même jusqu’à traverser des près à vaches permettant ainsi d’apprécier au plus proche la réalité du paysage.





Le plus anecdotique reste tout de même ce que nous avons vécu le 2ème jour.

Au soir du 27, nous avons dormi au refuge des Rajas. Lieu improbable, placé au milieu de nulle part.

Pas d’accès en voiture, du moins pas pour la suiveuse qui est plutôt faite pour aller draguer en boite. N’est-ce pas Claude ?

Heureusement Dominique, toujours aussi magnanime et clairvoyant, a réussi à négocier avec la gardienne du refuge, quant elle arrivait avec son 4x4, pour qu’elle transporte l’ensemble des bagages de la route au refuge. 2 KM tout de même, dans un chemin plutôt chaotique, parsemé de réelles embuches, même par temps sec. Cela nous évite la manutention sur le dos de nos petites affaires. Surtout pour le minet qui s’est amené toute sa garde-robe dans un gros sac !...


L’ambiance était exceptionnellement chaleureuse et d’une extrême convivialité :


Après ce moment de franche camaraderie, le plus rigolo restait à venir …

Au matin du 28 septembre ce n’est plus tout à fait la même mayonnaise qui nous accompagne… Le temps fait des siennes. Une pluie abondante et un vent avec des rafales à plus de 55 Km/h découragent la grande majorité de l’équipée sauvage, même si 2 valeureux étaient prêts à tout affronter (qui disaient !...). Après concertation, la décision est prise de modifier notre plan et d’opter pour la solution voiture vers Laguiole…. Sauf qu’il faut récupérer les remorques et bien entendu la seconde voiture.

Visant une courte accalmie, les chauffeurs partent la fleur au fusil… en oubliant d’emmener la clef permettant de libérer les remorques de leur piège anti voleur (surtout dans l’Aubrac !!!), on n’est jamais assez prudent !

C’est donc un retour à la case départ, un peu honteux, pour les chauffeurs. Cette fois c’est le déluge et pour gagner du temps le valeureux Marc enfourche sa fougueuses monture et affronte les éléments pour amener le sésame aux têtes en l’air… mais l’histoire ne s’arrête pas là !



Après quelques heures d’attente au refuge, Roger, détenteur de la clef magique rassemble ses esprits et s’aperçoit (enfin) qu’il n’a pas donné la bonne à nos « drivers ». Mais c’était sans compter sur la détermination du sanglier de la troupe. Son sang n’a fait qu’un tour, s’apercevant que le sésame ne faisait pas son office, l’ami Claude dégote un ustensile libérateur et renvoie le cadenas à la déchetterie.

Bref, la délivrance approche et c’est vers 13h que la joyeuse troupe se reconstitue pour pouvoir enfin poursuivre l’aventure …


Heureusement, à proximité de notre piège du jour, un restaurant, lui aussi placé au milieu de nulle part, mais à proximité nous offre l’opportunité d’un moment de réconfort et d’un plat roboratif.

Faut dire que les émotions ça creuse (dans le lieu précis on dirait plutôt : « ça Aubrac ! »)

La journée ne poursuit sur une tonalité plutôt culturelle et méditative pour le bien de l’esprit de chacun.






Heureusement les 29 et 30 le temps redevient clément, ce qui nous permet de repartir à l’aventure et à nouveau de profiter d’un tracé varié, agréable, de paysages magnifiques et parfois de moments de profonde méditation.










Elle est pas belle la nature ?

Voilà, notre périple se termine le 30 septembre à 13h en nous retrouvant les 10, au restaurant chez Linette à Aumont Aubrac pour un dernier moment de convivialité avant le retour vers la Tour.

Un grand merci aux organisateurs et au GO sans qui rien de ce que nous avons vécu n’aurait pu être possible, avec autant de plaisir et dans de si bonnes conditions

Patrick
















86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il fait froid , pourtant nous continuons à sortir nos VTT, les TACMALOUS , malgré les années 😁😁 sont sur les chemins parfois enneigés . Par contre nos amies les abeilles se calfeutrent dans les ruch

bottom of page